Soutien aux éleveurs drômois

Le 27 décembre 2017, Marie-Pierre Mouton, présidente du Département de la Drôme a interpellé par courrier Nicolas Hulot ministre de la transition écologique et solidaire, et Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation.

Extraits

" Par courrier en date du 13 octobre dernier, j’attirais votre attention sur la problématique du loup dans la Drôme, où cinq zones de présence permanente du prédateur et quelques 436 bêtes tuées en 2017 sont à ce jour identifiées.

Le bilan est lourd. Il balaie d’un revers de manche les plus beaux discours sur une ruralité (…) qui doit être préservée. De témoignages d’éleveurs aux intonations dignes mais désespérées, en mobilisations soutenues sur le terrain, nos éleveurs expriment chaque jour davantage leur mal être et leur colère face à la recrudescence des attaques du loup sur leurs troupeaux (..).

Conscients de cette situation dramatique et fortement attachés au pastoralisme dans nos territoires ruraux, les élus drômois de l’assemblée départementale ont, à l’unanimité, voté un vœu lors de la séance du 16 octobre, dénonçant l’incompatibilité du loup en zone d’élevage et plaidant pour un « plan loup » à la hauteur des enjeux humains, sociaux et économiques de nos campagnes.

En cette fin d’année où les grandes lignes du futur « plan loup 2018-2023 » se dessinent, l’inquiétude et l’exaspération persistent, alors que les discussions au plus haut niveau de l’Etat s’enlisent entre pro et anti-loups et masquent l’essentiel : la vie de femmes et d’hommes courageux, amoureux de leur espace rural, acteurs d’une ruralité aussi attachante que nécessaire à l’équilibre de nos territoires et à une alimentation saine plébiscitée par les consommateurs.

Monsieur le Ministre, il est urgent de prendre la juste mesure des enjeux du pastoralisme en venant sur le terrain, discuter, entendre et comprendre nos éleveurs et ceux qui vivent et défendent par leurs activités, la ruralité de la France. L’urgence est absolue, ne pas entendre cet appel serait nier une réalité alarmante. Je vous invite à venir dans la Drôme prendre le pouls de la vraie vie et loin des discussions parisiennes déconnectées du quotidien des gens de chez nous ". 

 

© Jean Delmarty

 

Dans votre agenda